[Ciné] Dofus, le film: Le début d’une grande aventure

février 2, 2016 dans A la une, Critiques cinéma, Films & Séries par Maw

Film d'animation:
Ankama

Reviewed by:
Rating:
4
On 2 février 2016
Last modified:2 février 2016

Summary:

Premier long-métrage des studios Ankama qui fait la prouesse de s'intégrer dans la liste des films d'animation de qualité

Dofus_AVP_FRFA

L’Univers Ankama

Je pense qu’il est inutile de présenter la licence Dofus et encore moins le studio à l’origine, Ankama.

Mais pour ceux qui l’ignoreraient, Ankama est une société française spécialisée notamment dans le jeux vidéo et l’édition, elle est à l’origine entre autres des jeux en ligne Dofus et Wakfu, ainsi que leur dessin animé respectif.

Une des très grandes forces des studios Ankama, c’est que toutes les productions (jeux et films) font partie d’un seul et unique univers cohérent. Wakfu, Dofus et justement le film Dofus décrivent donc des époques différentes de cet impressionnant univers nommé «Krosmoz».

C’est une manière très astucieuse de mettre sur pied des œuvres, car chacune d’entre elles permet d’apporter de nouveaux éléments à l’univers et surtout à faire des références humoristiques et scénaristiques à travers l’histoire. Pour les fans, c’est un véritable plaisir de retrouver ses personnages préférés et d’en apprendre plus sur leurs origines. 

Le film Dofus se trouve donc vers le début de cette frise chronologique, elle raconte l’enfance de Joris, qui vit paisiblement avec son papycha et son amie d’enfance, jusqu’à ce que Julith, puissante et mystérieuse sorcière s’empare du Dofus ébène et menace de détruire le monde. Nos amis réussiront-ils à faire face à ce redoutable adversaire ?

La projection

La projection avait lieu dans le cinéma du Club de l’étoile situé dans le XVIIème arrondissement de Paris.

La salle n’était pas bien remplie et quelques invités avaient fait des heureux en ramenant leurs enfants. L’événement annonçait la présence de l’équipe technique du film, mais je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de les voir. Dommage que rien de spécial n’ai été prévu après la fin du film.

joris

Joris, le personnage principal

Mes premières impressions

Premier constat, la charte graphique est particulièrement riche et colorée, les décors sont très beaux et assez bien inspirés. Dans les dessins animés signés Ankama, surtout pour Wakfu, on remarque que l’animation est de style “flash”, je veux dire par là que les mouvements ne sont pas très naturels, ils sont saccadés (facilement détectables lors des dialogues entre les personnages). C’est, à vrai dire, un des aspects qui m’a un peu rebuté à regarder la série Wakfu quand elle passait sur les chaines de télévisions.

Bonne nouvelle, c’est pas vraiment le cas dans ce tout nouveau film. À part peut-être pour l’animation labiale, le reste est beaucoup plus travaillé et se situe très proche du niveau des autres productions concurrentes, tout en sachant que l’équipe du film n’a pas fait appel à une entreprise tierce (comme c’est habituellement le cas), l’intégralité du film a été développé à Roubaix. On notera que l’intégration d’éléments 3D en “cel-shading” est parfaitement maîtrisée et non utilisée à outrance.

Une animation qui constitue un véritable atout dans les séquences de combats, qui s’avèrent être de très bonne qualité. Certains combats sont très impressionnants et remplis d’epicness ! L’animation, les effets (impacts, magie…), le rythme et même les bruitages sont choisis à la perfection pour donner des affrontements captivants, même pour un public plus âgé.

Contrairement à l’animation, le character design a toujours été un point fort des studios, à l’exception de certains personnages (Tristepin pour ma part), je trouve le design très intelligent, recherché et attachant à la grande majorité des personnages. Les personnalités qui leur sont attribuées sont un peu stéréotypées, mais elles fonctionnent assez bien, on s’attache aux personnages et peu d’entre eux sont laissés en retrait.

Le tout évolue au cœur d’une intrigue, elle aussi assez classique, mais assez intéressante pour ne pas s’ennuyer. Le résultat final reste vraiment convainquant, dont on est même fier de l’origine française, pendant la projection, je me disais même que ce serait cool de travailler avec eux.

Une oeuvre inspirée 

Que ce soit dans le style graphique, dans les techniques d’animation ou dans l’intrigue scénaristique, on croit reconnaître quelques inspirations venant de sources aussi diverses que variées. Les grands classiques de l’animation japonaise comme Dragon Ball ou Ken le survivant, quelques éléments de mythologie qui rappelle également l’Asie, comme les maneki-neko (ou chats porte-bonheur) et même venant de mangas plus récents comme Naruto ou One piece.

Mais ce qui est le plus intéressant dans les productions françaises de ce style, c’est qu’elles sont souvent synonymes de mélanges culturels. Le style manga se mélangeant avec la bande dessinée française, influençant fortement dans le design des personnages, on trouvera même des airs de Maléfique à Julith, la méchante du film.

Tout comme Dreamland que j’aime beaucoup, on est enchanté de pouvoir retrouver les codes de nos mangas préférés, mais également de profiter d’une vision plus occidentale. Notamment, dans le cas des interactions homme/femme par exemple, qui suivent parfois des règles bien particulières dans les cultures asiatiques. Je trouve ça rafraîchissant de voir des œuvres qui, en s’inspirant de cultures différentes, réussissent à produire un nouveau genre, en quelque sorte.

 

Conclusion, même si c’est toujours possible d’améliorer un bon nombre de choses, le Livre 1 de Dofus n’a rien à envier aux autres grosses productions, il se place définitivement dans la cour des grands. Ankama prévoit de compléter ce volet avec deux épisodes pour former une trilogie, mais pour ce faire Anthony Roux, PDG de l’entreprise, espère 900 000, voire 1 million d’entrées.

Je suis plutôt curieux de voir la suite, je vous invite donc à aller le voir, ça paie pas de mine !

Premier long-métrage des studios Ankama qui fait la prouesse de s'intégrer dans la liste des films d'animation de qualité