[Avis] Gokukoku no Brynhildr : le retour d’Elfen Lied

mai 8, 2014 dans Animes, Critiques anime, Premier avis par Davidson

Gokunoku no brynhildr

Elfen Lied est un anime qui a traumatisé pas mal de jeunes fans d’animes qui ne se sont pas rendu compte du lieu où ils mettaient les pieds. Violent et dérangeant, Elfen Lied est l’oeuvre majeur de Lynn Okamoto. Ce mangaka spécialisé dans les oeuvres gores à écrit un manga en 2012 : Gokunoku no Brynhlildr ou, dans sa version anglaise : Brynhildr in the Darkness. Mêlant des composantes similaires à Elfen Lied comme la magie et la science fiction, Gokunoku no Brynhildr est-il aussi prometteur que son aîné ?

Synopsis : Murakami Ryota est un jeune lycéen passionné par l’astronomie. Brillant élève, il souhaite devenir chercheur à la NASA. Mais tout n’est pas rose dans sa vie, en effet, Murakami est hanté par la disparition de son amie d’enfance Kuroneko. Tout à coup ses souvenirs vont refaire surface lorsqu’une certaine Kuroha Neko fait apparition dans sa classe. Leurs destins vont se croiser lorsqu’elle  vient lui parler pour lui prédire sa mort.

L’histoire est déjà hyper alléchante et avec l’ambiance, c’est la grosse force de cet anime. Il suffit de voir l’opening, qui a l’originalité d’être sans texte, pour voir que l’on a affaire à un anime unique. Moins trash qu’Elfen Lied, Brynhildr n’en reste pas une aventure sanglante. On sait dès les premiers épisodes qu’il y aura beaucoup de morts, mais qui seront les condamnés, telle est la question.

Gokunoku no Brynhildr opening

Ce qui rajoute au malaise, c’est le fait que les magiciennes sont de mignonnes petites filles, qui, d’apparence sont fragiles et innocentes mais qui en réalité, sont complètement à l’inverse de cette façade. Ce paradoxe de l’apparence, Lynn Okamoto le cultive. C’est ainsi que l’on peut voir des scènes de mutilation accompagnées de jeunes filles qui se balancent des vannes sur la taille de leur bonnet… Complètement déroutant.

Gokunoku SD

Mise à part ça, l’anime est de bonne facture. Même si le design des personnages peut paraître simpliste voir enfantin, le brio de la réalisation mettant bien en valeur des scènes oppressantes compense ce simili défaut. Reste à attendre si l’anime arrivera à continuer à nous tenir en haleine, surtout qu’il y a matière à faire quelque chose de bien !