[Critique/Avis ciné] Le Hobbit : La désolation de Smaug, un film trop long ?

janvier 3, 2014 dans Critiques cinéma, Films & Séries par Davidson

directed by:
Peter Jackson

Reviewed by:
Rating:
4
On 3 janvier 2014
Last modified:21 février 2014

Summary:

Le 2e opus de la trilogie du Hobbit. Une vraie réussite pour les amateurs de film d'Héroïc Fantasy

the-hobbit-the-desolation-of-smaug-

Le film est trop long. C’est l’une des critiques que l’on entend le plus quand on parle de The Hobbit : La désolation de Smaug. Trop lent, trop d’événements inintéressants, trop de remplissages, le film ne plaît pas à tout le monde. Pourtant, ce serait oublier l’excellence du film et la maîtrise par Peter Jackson. J’ai aimé  le deuxième épisode de The Hobbit et je vais vous dire pourquoi.

On retrouve les héros que nous avions découverts dans Le Hobbit : un voyage inattendu. Toujours à la recherche du trésor mais surtout de la terre de ses ancêtres, Thorin accompagné de sa compagnie de nains et de Bilbon Sacquet devra affronter de nombreux obstacles. L’un d’entre eux n’est autre que le dragon Smaug.

Il est vrai que l’on peut trouver le film un peu lent. Mais ce serait omettre que l’on est dans une épopée fantastique. Les scènes de grandes chevauchées à travers des paysages incroyables font parties de l’aventure. Mais ponctuée par des scènes d’action vraiment bien réalisées, The Hobbit ne vous ennuiera pas.

Les scènes d’action, voilà ce que j’ai apprécié dans ce film. Il faut dire que l’apparition de Legolas et de Tauriel réussi à dynamiser le tout. Pourtant, l’elfe du Seigneur des anneaux n’apparaît pas dans le Hobbit de Tolkien. Il a été rajouté dans le film accompagné de Tauriel, un personnage crée de toutes pièces interprété par Evangeline Lilly. De prime abord on aurait pu craindre le rajout de ces protagonistes. Mais bien au contraire, nos deux elfes arrivent à ajouter un côté « badass » vachement bien pensé mais aussi à enflammer les scènes de combats.

the hobbit tauriel legolas

Tauriel et Legolas les deux nouveaux personnages

Le personnage de Tauriel s’insère aussi dans la création d’une histoire d’amour. Un peu bancale, cette aventure nous emmène dans un triangle amoureux prévisible et cliché. Ce n’est pas bien déplaisant, mais ce n’est pas bien original. Et il est dommage de voir toujours les personnages féminins affublés d’un homme qui leur sert de compagnon. Surtout pour Tauriel, un personnage fort et charismatique dont la seule faiblesse semble être ses sentiments. Un peu cliché non ?

Mais il ne faut pas oublier que les autres personnages sont tout aussi intéressants. Même s’ils sont moins mis en valeur, Thorin et Bilbon semblent évoluer de plus en plus lors de cette aventure. L’autre devient de plus en plus obnubilé par sa quête tandis que l’autre gagne en courage mais aussi en fourberie. Plus le temps passe et plus on s’attache aux personnages, qui certes ont des réactions et des paroles très caricaturales mais c’est un peu la case obligatoire dans une histoire d’héroic fantasy.

Je vais finir de donner mon avis en mettant en exergue la qualité des créatures. Même si les orcs sont laids à souhaits, on retrouve des créatures vraiment jolies. Je parle bien sûr des araignées que l’on retrouve dans la première partie du film mais aussi du dragon Smaug. Véritable point d’orgue de The Hobbit, Smaug est peut-être le dragon le mieux modélisé du cinéma. Mais ça, c’est à vous de le voir par vous même ! Surtout que le film n’est pas trop long, quand on prend le temps de rentrer dedans.

Le 2e opus de la trilogie du Hobbit. Une vraie réussite pour les amateurs de film d'Héroïc Fantasy