[Critique cinéma] Hunger Games : l’Embrasement, une simple transition vers le 3ème épisode ?

décembre 17, 2013 dans Critiques cinéma, Films & Séries par Davidson

directed by:
Francis Lawrence

Reviewed by:
Rating:
4
On 17 décembre 2013
Last modified:17 décembre 2013

Summary:

Le deuxième opus de la série à succès de Suzanne Collins

The-Hunger-Games- 2

La période de Noël est propice aux grand blockbusters. Hunger Games en est l’un des plus attendus, et pour sûr, c’est un film événement. Le premier épisode avait connu un très grand succès, mais qu’en est-il de ce second opus ? Est-il aussi réussi que le dernier ? C’est à ces questions que je vais essayer de répondre dans cette critique.

Attention, il est préférable d’avoir vu le film avant de lire la critique.

Synopsis

Katniss et Peeta reviennent chez eux après avoir participé au 74e Hunger Games. Mais leur tranquillité ne va pas être de longue durée. En effet, pour éviter un soulèvement des districts, le président Snow va organiser un Hunger Games particulier. Cette 75e édition va réunir les précédents champions des districts, ce qui aura pour effet de voir des combattants expérimentés près à tout pour sortir vivants de cette épreuve.

La longue mise en place du scénario

De base, l’intrigue se déroule d’une manière très intelligente. Par une pirouette scénaristique, on arrive à retrouver nos deux héros sur le champ de bataille, alors qu’on aurait jamais dû les retrouver ici. Mais, ce n’est pas seulement un subterfuge, c’est une prémisse au soulèvement, à la révolution qui se trame tout au long du film. Oui, le scénario est intéressant et épique à souhait, mais il met beaucoup trop de temps à se mettre en place.

Pendant la moitié du film, on se retrouve dans une phase de mise en place du scénario. Une phase essentielle dans la compréhension de l’univers et des personnages. C’est à ce moment où l’on en sait plus par rapport à ce triangle amoureux composé  de Kantniss, Peeta et Gale. C’est aussi à ce moment où l’on prend conscience de l’importance de la manipulation médiatique dans la politique du maintien de l’ordre. Oui, tout ça est important dans la compréhension de l’histoire, mais il n’empêche que le film dure en longueur à cause de cela. En effet, certaines scènes durent, et on ressent bien que le film dure plus de 2h20.

hunger games

Les costumes sont magnifiques

Un embrasement froid

La deuxième partie du film est bien plus mouvementée puisque faisant la part belle aux événements dans l’arène. Ici se procure les même choses que je critiquais dans l’épisode précédent : la facilité déconcertante qu’ont les participants à tuer empêche une quelconque empathie envers la victime ou le bourreau. Le côté survie est moins présent dans cet épisode, on sent les héros plus expérimentés, moins fragiles. Cette deuxième partie n’en reste pas moins assez haletante avec des rebondissements comme on les aime !

En lisant mon article, on peut croire que je n’ai pas aimé le film. Ce n’est pas le cas. Je trouve que les Hunger Games ont un grand scénario, et que cet épisode est tout comme le précédent, très bien réalisé. Il reste néanmoins un point qui ne me plait pas mais qui contribue à l’identité du film, c’est la froideur qui en résulte. De part les couleurs froides de l’hiver ou des ténèbres quand la nuit tombe, de part cette Katniss antipathique à souhait, une froideur ressort de cet Hunger Games : l’embrasement. Nom contradictoire. Autre point que je voulais soulever : cette impression que ce film n’est qu’une transition vers le 3ème épisode. La longue mise en place du scénario, cette tension palpable, est frustrante mais cela nous amènera forcément à un épique Hunger Games : La Révolte. Rendez vous le 26 Novembre, pour la partie 1 de ce film.

 

 

 

Le deuxième opus de la série à succès de Suzanne Collins