[Compte Rendu] Tokyo Crazy Kawaii Paris 2013

septembre 26, 2013 dans Event JV, Geek's Life, Jeux video par Davidson

TCK

Du 20 au 22 Septembre 2013 se déroulait au parc floral de Vincennes la première édition du Tokyo Crazy Kawaii. Ce festival ayant pour but de promouvoir la culture pop Tokyoïte, arrive pour la première fois sur Paris. J’y suis allé pour la dernière journée de dimanche et j’ai découvert un festival sans grande prétention mais avec un potentiel immense.

Le festival ouvrant ses portes  à 10h, c’est le matin que nous sommes partis chercher notre accréditation auprès de l’accueil. J’en profite pour remercier Sega, grâce auquel j’ai pu couvrir le salon.

Juste après, on a fait un petit tour du salon. Petit, oui, parce que le Tokyo Crazy Kawaii n’est pas très grand. Je ne pense pas prendre trop de risques en disant que le TCK fait à peu près 1/10e du Japan Expo. Une cinquantaine de stands seulement et deux scènes font tout le festival. Bien sûr c’est la scène Kawaii et la scène principale, faite pour les concerts qui sont au coeur du festival.

Mais, puisque les concerts ne commencent qu’en début d’après-midi, il fallait bien sûr s’occuper autrement !

Un petit tour des stands

On est donc allé voir le stand de Julie Watai, une idol japonaise qui est connue pour son livre Samurai Girl. Je ne la connaissais pas du tout, mais il parait qu’elle est polyvalente puisqu’elle à la fois modèle vidéo, chanteuse et animatrice. La star du Kawaii était assez disponible pour les photos, mais pour faire une interview avec elle c’était bien plus compliqué. En fait, n’étant pas un grand groupe de presse, nous n’avons pas pu faire d’interview de Julie Watai, ce qui est bien dommage.

Julie Watai

Julie Watai

Mais ce n’est pas bien grave, puisqu’on est allé voir d’autres stands et notamment celui d’IA, une diva Vocaloid peu connue en France mais plus reconnue au Japon. Ce petit personnage fictif aux cheveux roses, je suis donc allé interviewer les responsables du stand. On comprend très vite que IA est une marque marketing forte avec une présence importante de goodies et de diversification. En effet, IA est aussi disponible dans un jeu musical sur iPad qui s’appelle IA x Groove Coaster. On l’a testé, et on a aimé !

Enfin, on est aussi passé au stand Sega. Ici était présenté le nouveau jeu de rythme Go Dance. Jeu exclusivement disponible sur les plateformes iOS, Go Dance est un jeu de danse qui utilise la caméra frontale de l’iPhone ou de l’iPad pour retranscrire les mouvements du joueur. Très sympathique, l’équipe de Go Dance nous a fait la démonstration du jeu sous fond de Nicky Minaj et LMFAO.

Sega

Go Dance !

D’autres stands ont attiré notre attention. Notamment le stand de la chaîne Nolife ou encore celui où l’on pouvait faire des poussins en pâte de riz et jus de pomme.

Un petit tour des concerts

Mais bien sûr, le clou du spectacle restent les concerts sur la scène principale. A partir de 12h15, les Black Diamonds ont fait leur apparition. Ces jeunes Kogaru nous ont brièvement interprété une chanson. Pas très convaincant, on remarquait que les jeunes filles n’étaient pas spécialement à l’aise. Puis à 12h30, les surprenants Bijo Men Z ont fait leur arrivée. Et là, ce n’était plus la même chose. Les Bijo Men ont mis le feu sur scène en s’appuyant sur l’interaction avec les spectateurs. Ainsi, grâce à une vidéo montrant les gestes à reproduire, les fans pouvaient savoir facilement les chorégraphies à effectuer. De plus, le groupe a fait plaisir à son public en chantant des célèbres génériques d’animes. Au programme, Evangelion, Dragon Ball Z et Shingeki no Kyojin entre autres.

Bijo men

Bijo Men Z

La journée s’est terminée en apothéose avec le concert de Spyair à 16h et d‘Anna Tsuchiya à 18h30. Ne connaissant pas les chansons de Spyair, je ne pouvais pas fredonner comme l’ont fait les nombreu(ses) fans. Très rock, ces deux derniers concerts ont pu faire la joie des amateurs de basses. Et je peux vous dire qu’Anna Tsuchiya a fait sensation en chantant son tube « Rose ».

Spyair

Spyair

En fait, la première édition du Tokyo Crazy Kawaii Paris est une réussite. Petit mais ayant un véritable charme, il ne ressemble pas à la convention gigantesque et mercantile qu’est Japan Expo. Délaissant les stands jeux vidéo et mangas pour des stands originaux et très japonais, le Tokyo Crazy Kawai arrive à se différencier. Reste que son plus grand avantage est la qualité de ses concerts. Une qualité qui est à payer puisque le ticket du festival est à 18€.

Anna Tsuchiya

Anna Tsuchiya