Xbox One : La rétrocompatibilité, c’est rétrograde

mai 26, 2013 dans Dossiers, Jeux video par Davidson

New XBOX ONE

« Si vous êtes rétrocompatibles, c’est que vous êtes rétrogrades« . Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Don Mattrick, responsable chez Microsoft qui le dit dans The Wall Street Journal. En effet, Don Mattrick a dû se justifier de la non rétrocompatibilité des jeux Xbox 360 sur la Xbox One. Cependant, cette réponse assez abrupte n’a pas satisfaite les joueurs qui se sont sentis insultés. Mais, si on y réfléchi vraiment, a-t-on besoin de la rétrocompatibilité ?

Une rétrocompatibilité trop chère

La Xbox One ne sera pas rétrocompatible. Techniquement, l’architecture différente entre la Xbox 360 et la Xbox One (x86 vs Power PC) complexifie la compatibilité. La Playstation 4 ne fera pas non plus de rétrocompatibilité. En effet, Sony ne veut pas recommencer l’expérience PS3.  La Playstation 3 faisait rétrocompatibilité au début de sa carrière, mais très vite, Sony a décider de produire des PS3 Slim qui ne lisent plus les jeux Playstation 2. Trop chère, la puce qui permettait la rétrocompatibilité créait un surcoût dans la production.

Cependant, Sony nous prévoit un système de streaming qui permettra de jouer aux jeux PS3 grâce à un serveur à distance. On en sait pas plus, mais on espère que Microsoft nous sortira une solution de rechange.

Pourtant, la Xbox One a un design bien rétro

La rétrocompatibilité est importante mais n’est pas indispensable

La question que l’on doit se poser est : A-t-on vraiment besoin de la rétrocompatibilité ? En fait, pas tellement. Quand on achète une console next gen, c’est pour pouvoir jouer aux jeux next gen. En effet, seul 5% des utilisateurs utiliserait la fonction de rétrocompatibilité. Exiger absolument la rétrocompatibilité serait donc un peu ridicule.

Néanmoins, la rétrocompatibilité reste très importante lors du début de vie de la console.

  1. Premièrement, le line up de démarrage n’est pas suffisant pour pouvoir assouvir notre envie de joueur, donc on reste sur notre faim, d’où l’intérêt de la rétrocompatibilité pour pouvoir jouer à ses vieux jeux.
  2. Deuxièmement, pour ceux qui ne possèdent pas de Xbox 360, l’achat d’une Xbox One aurait pu leur permettre de jouer aux classiques, malheureusement, la rétrocompatibilité n’est pas de la partie.
  3. Troisièmement, pour ceux qui possèdent une Xbox 360, ils auraient pu revendre leur ancienne console pour acheter la nouvelle, mais puisqu’il n’y a pas de rétrocompatibilité, ils réfléchiront à deux fois avant de revendre leur console.

En fait, la rétrocompatibilité permet de faire vendre beaucoup de consoles dès la première année. Les consommateurs rassurés de la rétrocompatibilité n’aurait pas peur d’acheter une nouvelle console. Ici, avec la non rétrocompatibilité, les joueurs attendront sûrement que le catalogue de jeux s’étoffe avant de se lancer dans un achat coûteux.

M Mattrick, nous ne sommes pas rétrogrades, nous aimons les jeux proposés sur les consoles actuelles, nous aimons les anciens jeux aussi. Nous voulons seulement pouvoir jouer à ces jeux sans devoir ressortir notre ancienne console à chaque fois. N’oublions pas le passé. Quand on renie le passé, on perd l’avenir.